Les Concerts de Midi

Cycle de Conférences - Concerts à la Sorbonne (Amphithéâtre Richelieu) et à Jussieu (Auditorium)

Présentation des œuvres par Jean-Pierre Bartoli,
Professeur d'histoire de la musique et musicologue à l'Université Paris-Sorbonne


 

 Du 11 janvier au 29 mars 2019

Avec Christophe Giovaninetti, Emmanuelle Bertrand, Michaël Levinas, le Quatuor Hanson, Manuel Vioque-Judde, Françoise Masset, les Musiciens de Saint-Julien, Edouard Ferlet, Goran Filipec, Armance Quéro, Joseph Birnbaum, Pizzicar Galante, Ensemble Hexaméron, le Quatuor Accordo, Irène Bourdat, Nathalie Duong et Jean-Michel Sereni

Découvrez la programmation complète !

 

Création, recréation, récréation…

 

Par principe, une musique est destinée à être rejouée ou rechantée. Or chaque fois, un décalage se produit par rapport à sa précédente réalisation. Toujours différente, toujours la même : l’œuvre musicale ne cesse de se différer quoiqu’on la reconnaisse identique. Même une première exécution est la recréation d’un déjà existant : l’idée que le créateur s’en faisait. Quelle que soit sa tradition, quand le musicien joue, il recrée. À chaque fois, il trace un chemin distinct à travers l’espace changeant du temps. Il se délecte de prendre une autre direction : c’est le sens d’origine de se « divertir ». Créer est aussi une récréation. La saison 2019 s’articule sur l’idée constitutive de l’art qui consiste à replanter ce qu’on l’on croit connaître dans un terrain inexploré pour en réapprécier la saveur.

 

Cela ira de la réunion du Stimmung Trio nouvellement formé d’interprètes remarquables (Christophe Giovaninetti, Emmanuelle Bertrand, Michaël Levinas) pour redécouvrir Schubert jusqu’à faire de Jean Sébastien Bach la matrice d’un jazz différent au piano (Édouard Ferlet). Il y aura de captivantes transcriptions : Scarlatti à la mandoline ancienne (Anna Schivazappa, Fabio Antonio Falcone et Pizzicar Galante), Paganini et l’opéra italien dans un feu d’artifice pianistique (Goran Filipec), toute une symphonie de Beethoven restituée en quatuor autour de l'Ensemble Hexaméron.

 

Des compositeurs qui n’ont pas l’habitude de se côtoyer vont constituer une suite idéale imaginée pour Armance Quéro et Joseph Birnbaum. On verra Vivaldi emprunter les chemins de détour tsiganes (Quatuor Accordo). On insérera le café-concert dans l’univers baroque (Françoise Masset et les Musiciens de Saint-Julien) ou encore un fameux Quintette de Mozart dans une œuvre conçue pour en être le commentaire (Quatuor Hanson). On démontrera enfin que la création contemporaine et la musicologie peuvent être drôles… (« Révolutions vocales »). Cette année, partons à l’aventure.

 

Jean-Pierre Bartoli

                                                                                                                                                                                                                                                             
                                                                          

 

 

 

 

Rester en contact

Facebook

Nous écrire

 

Nous soutenir

Appel aux dons

Nos partenaires